Hommage à J. L. Gauthier

Le cyclisme était sa vie, cet homme apprécié et estimé de tous, n’avait jamais quitté le milieu du vélo. Quand il passe professionnel en 1978, il n’a pratiquement pas de palmarès amateur. Si ce n’est un Paris Dreux qu’il est allé glaner, au nez et à la barbe de tous les parigots et dans une […]

JL GAUTHIER
Le cyclisme était sa vie, cet homme apprécié et estimé de tous, n’avait jamais quitté le milieu du vélo. Quand il passe professionnel en 1978, il n’a pratiquement pas de palmarès amateur. Si ce n’est un Paris Dreux qu’il est allé glaner, au nez et à la barbe de tous les parigots et dans une moindre mesure, un Tour de l’ile de la Réunion. Nanti d’une belle marge de progression, il allait au fil des années s’épanouir chez les pros. Sans être un sprinter confirmé, il était capable de s’imposer à des hommes bien plus rapides que lui, dans un groupe de faible unité. Après deux saisons de tâtonnement, J. Louis allait donner la pleine mesure de ses moyens, à l’affut de tout dans le peloton rien ne lui échappait. Dévoué à ses leaders il savait saisir sa chance quand elle se présentait. Comme dans cette 6e étape (Lille-Compiègne 215 kms) du Tour de France 1980, où échappé avec G. Verlinden, B. Bourreau, G. Knetemann et P .Bonnet, il les mystifie au sprint pour s’imposer. Deux mois avant dans le Midi Libre, il s’était offert le scalp de Raas, Demeyer et R. Devlaeminck dans la dernière étape. Reconnu comme un coureur de courses par étapes, il va devenir la pièce maitresse incontournable pour ces épreuves, dans toutes les équipes où il va passer. Il obtient son graal pendant le Tour 1983 où il se pare durant une journée du maillot jaune. Deuxième de la 1e étape, il s’imposait le lendemain dans le chrono par équipe (Soisson-Fontaine au Pire 100kms) avec Coop-Mercier. Mieux placé au général, c’était lui qui avait l’honneur de revêtir la tunique bouton d’or devant J. Zoetelmelk à 2 secondes. Finissant ce Tour super costaud il terminait encore 2e de la 20e étape (Morzine-Dijon) devant les solides S. Kelly et A. Van Der Poel. Grace au Tour de France il rentrait pour l’éternité dans l’histoire du cyclisme. Au cours de sa carrière il prit le départ de 10 Tours de France : 1978(69e), 1979(50e), 1980(50e), 1981(57e), 1982(104e), 1983(76e), 1984(97e), 1985(69e), 1986(abandon) 1987(134e), il avait également disputé la Vuelta 1979(52e). Ses groupes sportifs pros furent : Lejeune B.P.1978, Miko-Mercier de 1979 à 1982, Coop-Mercier en 1983 et 1984, La Redoute –Motobécane en 1985, R.M.O. en 1986, Z-Peugeot en 1987. A sa retraite cycliste fin 1987 il incorporera l’encadrement de Coop-Mercier comme assistant masseur. A la disparition de ce groupe sportif il rejoindra le Crédit Agricole puis celui de Saur- Sojasun de 2010 à 2013. C’était la première fois cette année qu’il se trouvait absent du Tour. Né le 22 décembre 1955 il est décédé le 11 juillet dernier en plein Tour de France , ce Tour qui avait fait sa gloire.
Son palmarès pro : 1e des GP de l’Argentière 1979, Grasse et Vailly sur Sauldre en 1980, sélectionné au mondial sur route de Prague 1981(abandon), 4e à Plouay 1983, 13e du Tour de Hollande 1983, 4e des 4 jours de Dunkerque 1984. En amateur ses meilleurs résultats restent : 2e du Tour des deux Sèvres 1973, 3e du Tour de la Vienne 1975, 1e du Px de Vars 1975, 6e de Paris-Rouen 1976, 1e du circuit de la grande Champagne à Segonzac en 1977, 1e de la coupe des espoirs du Poitou 1977(classement sur l’année), 2e de Bordeaux-Royan 1977, 3e du Ruban des Granitiers Bretons 1977. Durant sa carrière J. Louis a porté les couleurs des clubs de l’U.C. A.P. Angoulême et de l’A.S .C. Crédit Mutuel.
Gérard Descoubès

0 Commentaire

Laisser un commentaire

Articles récents

Toutes les news du mois

CYCLE&RUNNING E.LECLERC à MARMANDE

Commentaires récents

Faire une donation

Sud Gironde - CYCLISME a besoin de votre générosité. Pourquoi ?

Rejoignez-nous !