Disparition de Michel Lescure , un sacré champion .

Entre 1966 et 1970 qui restent ses années lumières, il était quasi imbattable dans les arrivées en relief accidenté. Sa carrière s’étala de 1960 à 1981, il courut pour les clubs du : V. C. Montauban de 1960 à 1964 et C. V. Montastruc de 1965 à 1981. Très rapide au sprint et véritable grenade […]

MICHEL LESCURE

Entre 1966 et 1970 qui restent ses années lumières, il était quasi imbattable dans les arrivées en relief accidenté. Sa carrière s’étala de 1960 à 1981, il courut pour les clubs du : V. C. Montauban de 1960 à 1964 et C. V. Montastruc de 1965 à 1981. Très rapide au sprint et véritable grenade dégoupillée dans les bosses, il remporte sa première victoire le 24 avril 1960 dans le Grand Prix des montres Pax à Toulouse. Ce petit format de 1,58m pour 57 kg sera très vite reluqué par la grosse armada du C. V. Montastruc qui l’enrôle dès 1965. Dans cette formation il va de suite devenir le leader, épaulé par ses deux ainés les redoutables Robert Zannier et Antoine Belloc il réalisera ses meilleurs saisons. Après 1970 il va être confronté et lier son sort à deux nouveaux arrivants talentueux, Jacques Esclassan et Marcel Gaffajoli. Obligé de composer avec ces deux gagneurs invétérés, ses résultats seront bien moindres. Néanmoins il était pratiquement le seul, capable de battre la terreur du sprint J. Esclassan dans une arrivée entre hommes. En 1972 ses plus belles années sont passées alors qu’il pouvait encore espérer de jolis bouquets, sa carrière va prendre un gros coup d’arrêt, sous la forme d’une terrible chute dans la course de l’Isle Jourdain, qui le laisse pantelant, avec clavicule, omoplate et côtes cassés. Courageusement il reprendra sa ronde infernale des circuits, bien qu’il ne récolte plus que des succès par ci par là, il continuera quand même jusqu’en 1981, car il aime le vélo et qu’il y a toujours une petite place pour lui dans la maffia, dans le milieu du cyclisme on a toujours le respect des anciens et surtout la peur des supers même vieillissants. En 21 ans de carrière il a remporté une centaine de victoires, sa plus grosse saison reste celle de 1969 année où il remporta 23 bouquets. Pour les puristes son plus bel exploit est peut être sa victoire dans le Grand Prix d’Oradour sur Glane en 1967, sept coureurs avaient dominé l’épreuve : R. Poulidor, J.C. Theillère, F. Campaner, H. Rabaute, L .Ocana, D. Barjolin et M. Lescure, vu les clients il fallait aller se la chercher celle-là. Dans la bosse d’arrivée, en giclant de très loin les Barjolin, Poulidor, Theillière etc.…étaient restés pendus sur la pente, ce jour-là les cinq gros bras classés derrière Michel et D. Barjolin firent plus que la tronche. Ses plus belles victoires en plus d’Oradour sont : Champion des Pyrénées amateur (2e A. Bayssière) en 1963,1966 et 1967, Tour de la Haute-Garonne en 1965 et 1967, Béziers-Montpellier en 1965, La Tomate à Marmande en 1966, les Trophées Peugeot à Bergerac en 1967, le Tour du Pays-Basque en 1970, le Mont Pujols en 1966 et 1969, Decazeville en 1965, 1966 et 1971, Montastruc en 1967, Mazamet en 1967, 1970, Maurs en 1967, 1968 et 1970, Boulogne sur Gesse en 1967 et 1972, Brive en 1968 et 1969, Cambo en 1968, Aix les Bains en 1969, Cénac et St.Julien en 1968, la 5e étape du Tour du Sud-Ouest en 1969 et la 3e en 1971, la 1e étape du Tour du Béarn 1970, Montpezat du Quercy en 1969 et 1970 etc. Sa carrière dans la vie civile sera 30 ans câbleur chez Syléa à Labastide St. Pierre. Il était né le 7 octobre 1944 à Toulouse il est décédé le 17 septembre dernier à Montauban.

Gérard Descoubès

5 Commentaires

    Gasquet Robert21 janvier 2018

    14

    J’ai bien connu Michel dans les années 68, 69. J’ai couru avec lui et j’ai terminé 2 fois second derrière lui, impossible de le battre au sprint. A ce sujet je suis à la recherche du classement de la nocturne de Sainte Livrade en 1968. Je termine deuxième derrière Michel mais je n’ai aucun article de journal, j’avais demandé à Michel avant son décès. Un Monsieur Michel…

    Jean Dartigolles3 octobre 2014

    16

    J’ai le même age que Michel Lescure et je l’ai côtoyé dans quelques courses .Je me souviens par exemple de sa victoire à Langon en 1970.Comme beaucoup j’ai été marqué par ce coureur de classe , d’énergie et de punch .L’image de mr Descoubés (véritable grenade dégoupillée dans les bosses) est assez explicite .Je signale à Alain Luchini et Domtom81 qu’il existe sur le net une vidéo de l’arrivée du prix d’Oradour sur glane 1967 remporte par Michel .

    domtom812 octobre 2014

    8

    Je savais que mon beauf marchait fort en vélo mais pas à ce point je suis très ému des articles merci à tous ses amis et admirateur de ce champion

    LUCHINI Alain30 septembre 2014

    13

    Adieu Michel , je suis très surpris que personne ne laisse de commentaire sur ce Champion Cycliste . Au-delà des nombreuses courses faites en sa compagnie et de son extraordinaire palmarès , je retiendrai un homme d’une extraordinaire gentillesse qui résidait à Montauban 82 . Je me souviendrai toujours d’un entraînement hivernal avec le regretté Raymond DELISLE qui était un ami venu lui rendre visite . Il était au même titre que beaucoup d’amateurs de l’époque de la race de bon nombre de pros , mais il a préféré rester dans sa région . Il termine sa carrière cycliste avec comme compagnon , un autre grand de la région : Hervé FLORIO ancien Champion de France amateur . Il m’arrivait de le rencontrer car nous n’étions pas très loin l’un de l’autre . Dans son article Gérard Descoubès parle de Robert Zannier qui fait toujours du vélo tout comme son beau frère Yves ROUQUETTE qui lui aussi écumait les victoires . C’est la page d’un cyclisme d’une époque extraordinaire qui se tourne avec sa disparition .

Laisser un commentaire

Articles récents

Toutes les news du mois

CYCLE&RUNNING E.LECLERC à MARMANDE

Commentaires récents

Faire une donation

Sud Gironde - CYCLISME a besoin de votre générosité. Pourquoi ?

Rejoignez-nous !