Disparition de Pierre Cescutti

Au revoir Pierrot Nous venons d’apprendre le décès de Pierre Cescutti. Notre émotion et notre peine sont grandes. Pierre Cescutti incarnait ce qu’il y a de meilleur dans le sport et les relations humaines. Passionné de vélo, ce grand monsieur a joué un rôle immense dans la vie du cyclisme montois et du cyclisme tout […]

DSC_5853

Au revoir Pierrot
Nous venons d’apprendre le décès de Pierre Cescutti.

Notre émotion et notre peine sont grandes.

Pierre Cescutti incarnait ce qu’il y a de meilleur dans le sport et les relations humaines. Passionné de vélo, ce grand monsieur a joué un rôle immense dans la vie du cyclisme montois et du cyclisme tout court. Pendant 70 ans, il s’est attaché à faire aimer le vélo à des dizaines et des dizaines de gosses pas toujours bien dégrossis. Avec son œil avisé, ce renifleur de talents a su aussi dégoter quelques pépites dont la plus éclatante s’appelait Luis Ocaña.
Entré tôt dans le monde du travail, Pierre Cescutti en connaissait les contraintes et les vertus. Il proclamait que la gloire ne s’acquiert pas avec des produits artificiels mais qu’elle se conquiert à la force du jarret. Sa vie entière est d’ailleurs l’illustration de la devise qu’il a fait inscrire au Loustau, dans la salle qui porte son nom : « La gloire n’est rien où la vertu n’est pas ».
Cette attitude hautement morale l’a conduit à s’engager au cours de la Seconde Guerre Mondiale dans les rangs de la 2ème DB pour l’expédition qui a conduit les alliés à Berlin en 1945. Il fut d’ailleurs l’un des rares Français à pénétrer dans le bunker d’Hitler.
Cette détermination, on la retrouve également tout au long de sa carrière professionnelle. A l’origine petit maçon, il a réussi à monter une entreprise unanimement reconnue dans notre région. Son sérieux, sa rigueur lui ont permis d’être pendant plusieurs décennies un entrepreneur recherché et respecté
Engagé pour la liberté, engagé pour une certaine idée du sport, engagé professionnellement, Pierre Cescutti n’en retirait pas de gloriole personnelle. Son désir n’était pas de paraître mais de transmettre des valeurs auxquelles il croyait. Aussi son discours humaniste était-il le même qu’il s’adresse à des lycéens à l’occasion d’une conférence sur la Seconde Guerre Mondiale ou à des jeunes coureurs à la veille d’une épreuve cycliste.
Parmi les innombrables images que nous garderons de lui, il y aura à n’en pas douter celle du 130ème anniversaire du vélo à Mont de Marsan : au bord du vélodrome du Loustau qu’il avait construit, Pierre Cescutti remettait à ses successeurs Jacques Sabathier et Lionel Gaüzère le maillot jaune que lui avait remis Luis Ocaña au lendemain de sa victoire au Tour de France 1973.

Ce geste symbolique restera gravé dans nos mémoires : avant de disparaître, celui que ses familiers appelaient affectueusement « Pierrot » avait eu le souci de confier à ses successeurs sa relique la plus précieuse. Quel plus bel héritage et quel meilleur encouragement !
Nous devinons l’immense chagrin de sa femme, Rolande, de ses fils, de sa famille et de ses proches. La section cyclisme du Stade Montois leur adresse ses plus sincères condoléances. Plusieurs générations de coureurs et de dirigeants peuvent les assurer qu’ils n’oublieront pas celui qui restera pour eux un modèle de volonté et de générosité.

Ses obsèques seront célébrées ce jeudi à 10 en l’église de la madeleine.

Lionel Gauzére

1 Commentaire

    Abadie21 octobre 2015

    6

    Merci Peyo de m’avoir ouvert l’esprit en 1975. Un moment d’honnêteté gravé à jamais. Je suis heureux d ‘avoir croisé votre route Monsieur Cescutti.
    A toute la famille je vous adresse mes plus sincères condoléances.

Laisser un commentaire

Articles récents

Toutes les news du mois

CYCLE&RUNNING E.LECLERC à MARMANDE

Commentaires récents

Faire une donation

Sud Gironde - CYCLISME a besoin de votre générosité. Pourquoi ?

Rejoignez-nous !