Jacques Rabot est parti

Ce trés bon coursier coursier Lot et Garonnais ….

Jacques Rabot est parti

  De taille moyenne, la physionomie toujours souriante, râblé et compact sur sa machine, il ne passait jamais inaperçu dans les pelotons. Ce très bon coursier Lot et Garonnais de la décennie cinquante, maitre tacticien en course, avait été accueilli à bras ouverts au fameux Vélo Club Levallois, pour la durée de sa période militaire. Jacques possédait une jolie palette de qualités pour le cyclisme, rouleur, bon grimpeur et assez rapide aux arrivées. En 1954, décidé à jouer son vatout dans le cyclisme, il n’hésite pas à descendre sur la côte d’azur à ses frais, pour se préparer avec les pros. Après un bon début dans le grand prix de Cannes (9e), remporté par G. Bauvin (2e du Tour de France 1956), dans l’épreuve suivante il sera victime d’une chute, qui lui occasionnera une fracture du Scaphoïde. Sa saison sera gâchée, cela va lui ouvrir les yeux sur les côtés aléatoires du cyclisme, et ébranler son moral pour réaliser une carrière faite d’incertitudes. Bien qu’il réalise une bonne année 1955, qu’il ait un contrat pour affronter Roger Rivière en tête à tête sur piste à Paris, il préfère se…marier et pendre définitivement son vélo au clou. On ne le verra plus dans le cyclisme, il ouvre aussitôt son magasin de tronçonneuse et outillage de taille en tous genres, qu’il gèrera de mains de maitre toute sa vie. Curieusement son épouse a toujours regretté beaucoup plus que lui, qu’il quitte le cyclisme après leur mariage. Durant sa carrière débutée en 1947 et achevée fin 1955, il rencontra les voluptés de la gloire à : Castillon, Prayssac, Castillonnes, en 1948, Villeréal, Ste. Livrade, Langon en 1949, 8 de Paris-Evreux 1950, 1e de 3 courses sur piste au Vél’ d’Hiv’ de Paris en 1951, champion de Guyenne des sociétés sur route chrono avec le guidon Agenais, 1e à Dax et Périgueux (St. Rémy), 2e des 8 heures d’Agen avec Milo Carrara en 1952, 1e à Montauban, Gourdon, Capdenac, Fumel en 1953, 1e à Barsac, 4 de Bordeaux-Eymet, 9 de Bordeaux-Saintes, 9 à Cannes en 1954, 1e du St. Léon à Bayonne, à Sauveterre de Guyenne, Libos, Sore, Montech, Figeac en 1955. Il porta les couleurs des clubs suivants : Guidon Agenais 1947, Pédale Monflanquin 1948 et 1949, V. C. Levallois en 1950 et 1951, Guidon Agenais en 1952, V. C. Fumel en 1953 et 1954, V. C. Libos en 1955. Ses équipes : Rochet 1947 à 1949, Peugeot 1950 à 1951, Carrara 1952, Royal-Fabric 1953 à 1954, Terrot 1955.

 Jacques est décédé le 7 avril dernier, il était né le 23 novembre 1929 à Villeneuve sur Lot. Le petit père tranquille Lot et Garonnais, s’en est allé sur la pointe des pieds, pour le dernier voyage de la vie.

Gérard Descoubès

1 Commentaire

    Guy Dagot25 avril 2020

    98

    Rabot Michel
    am.rabot@orange.fr
    Remerciement à l’attention de Gérard Descoubès
    Merci pour l’hommage rendu lors du décès de jacques Rabot
    Famille Rabot

Laisser un commentaire

Articles récents

Toutes les news du mois

CYCLE&RUNNING E.LECLERC à MARMANDE

Commentaires récents

Faire une donation

Sud Gironde - CYCLISME a besoin de votre générosité. Pourquoi ?

Rejoignez-nous !