Robert Pallu, l’adieu à un très grand coursier

Disparition d’un trés bon coureur….

 Volontaire, courageux, la hargne entre les dents, l’échine courbée, sans aucune position sur sa machine, ses longs cheveux blonds flottant au vent, il restait très éloigné des beaux pédaleurs. Modeste, effacé, il fuyait tout ce qui pouvait lui apporter un semblant de lumière sur son nom, après la course il ne se plaisait que dans l’anonymat. Ce coureur de belle classe complètement oublié aujourd’hui, voir inconnu pour certains, était pourtant un coursier capable de vaincre n’importe où. Très bon grimpeur et excellent rouleur, il était allé s’imposer dans un très difficile circuit des Ardennes (4 étapes) en 1959, après avoir été déjà privé de la victoire dans cette même épreuve en 1957 par le futur pro E. Delberghe. Il passa deux fois très près du titre de champion de France des indépendants, en 1955, mais là, rien à dire le Père Lesca était le plus fort. En revanche en 1956, là, se trouve le regret de sa carrière, échappé avec les deux dauphinois A. Novak et R. Faure (2 futurs Tour de France), le bon garçon qu’il était s’était laissé endormir par les deux Alpins. Dans une des dernières bosses du parcours, alors qu’il les avait sortis de la roue, le grand Novak revenu au prix d’une folle descente, réussissait à convaincre Robert, d’attendre son copain pour qu’ils soient tous deux sur le podium, seul but pour eux, vu qu’ils n’étaient pas rapides au sprint. Tellement bien que dans l’ultime bosse, Robert repoussa l’idée d’attaquer ses deux adversaires alors qu’il avait les jambes pour finir seul. Au sprint, ses deux rusés accompagnateurs lui passèrent deux longueurs, notre valeureux Robert ne se consolera jamais de cette bévue. Il avait débuté sa carrière tardivement en 1950, c’est un grave accident de voiture qui devait mettre fin à celle-ci en juin 1961. Durant son épopée cycliste, il s’est imposé à 81 reprises dans pratiquement tous les plus grands circuits de Charentes Poitou. En 1952 et 1954, il sortait meilleur coureur des deux Charentes sur la saison, en 1955 il devenait champion du Poitou sur route. Il sera le tombeur des pros en maintes occasions : le Reix à St. Junien où il faisait sauter A. Dufraisse dans la bosse d’arrivée en 1956, Uzerche où il se débarrassait du rapide O. Meneghini en 1957, Saussignac où il usait à la pédale le grand J. Forestier en personne et triomphait dans la course pro les boucles de la Gartempe (en 2 étapes). Son ultime bouquet sera Treignac devançant le pro P. Polo. Il honora les couleurs de : Williams 1951 à 1952, Peugeot Dunlop 1953 à 1954, Gitane 1955 à 1957, Royal Fabric 1958 à 1961. Né le 7 octobre 1928 à Mainxé (17) il est décédé le 10 février 2021. Hors cyclisme Robert était artisan maçon.

Tel que l’on te connaissait, tu n’aurais peut-être pas voulu que l’on parle de toi pour ton ultime départ, mais un historien ne peut se résoudre, à laisser partir un grand nom du cyclisme National dans l’anonymat.

Gérard Descoubès

2 Commentaires

    PALLU-KREMONAS Fabienne13 février 2021

    Mes soeurs se joignent à moi pour vous remercier de ce très bel hommage à notre papa .

    Jean-Pierre Patanchon13 février 2021

    Très bel hommage Gérard , pour un coureur , je dirais même un Champion très peu connu aujourd’hui et de moi en particulier
    c’est bon de ainsi connaitre les champions régionaux de l’époque . Condoléances à sa famille et a ses proches .

Laisser un commentaire

Articles récents

Toutes les news du mois

CYCLE E.LECLERC à MARMANDE

Commentaires récents

Faire une donation

Sud Gironde - CYCLISME a besoin de votre générosité. Pourquoi ?

Rejoignez-nous !