Michel Egreteau abandonne la lutte

Michel Egreteau n’est plus …

Michel Egreteau vainqueur à Cère aux côtés de Luis Ocana

Ce superbe athlète d’1,81 m pour 71 kg était le type même du coursier de classe et de race, pourtant il est resté très loin de ses énormes possibilités, comme quoi, même bourré de talent cela ne suffit pas toujours pour réussir. Bon partout, éclectique, aussi bien pistard que routier, ses qualités auraient dû le propulser vers une belle carrière dans le cyclisme. Ses choix de vie qui ne regardaient que lui, ont décidé autrement de son avenir cycliste. Ne vivant que du vélo à son retour de l’armée, il louait ses services aux grands sprinters du moment. Engagé par l’équipe Margnat Paloma pour les saisons 1964 et 1965, il  allait disputer des grandes courses pros telles : Tour de Haute Loire, Tour de l’Hérault, le Dauphiné etc. Il se trouva vite dégoûté par le fait qu’il avançait les frais de ses déplacements, alors, il déclarait forfait une fois sur deux, ignorant qu’il pouvait avoir une avance sur ses dépenses, en demandant tout simplement à R. Remy le D.Sportif de Margnat-Paloma. Toutefois il reconnaissait avec honnêteté qu’il n’avait aucune chance de bien figurer à ce niveau, car il avait le compteur bloqué à 150 km de course, alors que chez les pros les épreuves dépassaient toutes 200 km. L’on peut considérer qu’après ses deux saisons passées au contact des pros, il laissera volontairement péricliter sa carrière, pour éviter de remonter de catégorie. Ce garçon honnête et réglo, n’acceptait que très difficilement les suceurs de roues dans les échappées, et si ces derniers avaient l’outrecuidance de jouer la gagne à l’arrivée, aussitôt après la ligne, Michel réglait ses comptes en quelques rounds. Au temps de sa splendeur il fut un rival privilégié de L. Ocana, avec qui il croisa le fer très souvent. Installé artisan carreleur pendant quarante ans, il raccrochera le vélo en 1967 avant de reprendre une licence dix années plus tard, pour continuer de courir en amateur senior jusqu’en 1989, dans cette même période il ne cessera de s’occuper des jeunes coureurs du V.C.Macaudais. Durant sa carrière, il s’est imposé dans ces belles courses qu’étaient: le Brettes à Mérignac, les Vins du Blayais à Cézac 1962, à Céré après un mano à mano impressionnant avec luis Ocana, le St. Martin à Périgueux où il viendra à bout une nouvelle fois de L. Ocana, Capbreton en sautant R.Darrigade sur la ligne, Bordeaux-Ares, les 3e et 4e étapes du difficile Tour des Asturies en Espagne, champion d’Aquitaine de poursuite individuelle tout en 1964, 1965 le voit vaincre à Bordeaux-Clérac, Sore, la Ronde d’Été à Lalinde. Il a lutté et résisté pendant des années à ce que l’on appelle une longue maladie, avant de s’avouer vaincu ce cinq décembre 2022. Michel était né le 24 novembre 1942 au Bouscat, avait débuté en 1960 et arrêté en 1967 inclus, avant de reprendre de 1977 à 1989. Il a honoré les clubs de : V.C.Lesparin 1960, V.C.Macaudais 1961 à 1965, + 1977 à1987, C.C.St.Médardais 1967, U.S.Talençaise 1988 à 1989. Aujourd’hui Michel nous laisse en mémoire, d’une carrière effectuée entre chien et loup, un subtil bouquet de souvenirs et d’émotions.

Gérard Descoubès

https://www.sudgirondecyclisme.fr/2022/10/vous-aussi-offrez-vous-un-stage-cycliste-a-tenerife/
Obtenez votre Oiz en Raw & Gold !
Et remportez un “Golden Ticket” pour participer à une Orbea Raw Experience. https://www.facebook.com/cycle.running

1 Commentaire

    Patanchon Jean Pierre10 décembre 2022

    21

    Quelle tristesse pour ce fut un bon copain que j’avais perdu de vue et retrouvé il y a quelques années a un jubilé de Yann Huguet , un garçon formidable , je faisais quelques sorties de temps en temps avec lui dans les année 60 avec son ami Boucher du vélo club Macaudé bien triste RIP Michel je pensais souvent a toi .

Laisser un commentaire

Calendrier FFC 2023 en Nouvelle Aquitaine

Articles récents

Toutes les news du mois

Commentaires récents

Faire une donation

Sud Gironde - CYCLISME a besoin de votre générosité. Pourquoi ?

Rejoignez-nous !


Informations