Roger Lafargue le facétieux, est mort

Disparition de Roger Lafargue …

Roger Lafargue le facétieux, est mort

Juste avant l’avènement de Luis Ocana, un garçon bourré de qualités avait porté le Stade Montois cycliste à ses sommets, son nom: Roger Lafargue. Il sera pendant sept saisons, une des grandes figures du cyclisme en Guyenne. Il deviendra sous une chaleur torride (une dizaine d’arrivants seulement) champion de Guyenne sur route en 1954, il s’imposera dans toutes les plus grandes courses entre Landes et Pyrénées. Doté d’une classe bien au dessus de la moyenne, le cyclisme n’aura été pour lui qu’une simple distraction apporté à sa vie. Il ne pensait qu’à s’amuser et rigoler en toutes occasions, cette façon d’être, sera le fil rouge de son chemin de vie. Attiré par le cyclisme, il suivait toutes les courses de sa région, son rêve restait, celui d’y participer un jour, mais sans argent c’était impossible. Jusqu’au jour ou les dirigeants du Stade Montois lui mirent ce marché en main “tu signes au club, tu auras un vélo”. Le grand Roger (1,80m-70 kg) se lançait aussitôt dans le grand bain à 23 ans, il passait de 3e en 1e catégorie en trois mois., Remarqué par A. Magne dés 1954, il signait chez Mercier comme indépendant et allait bousculer les pros dans ces belles courses comme le Tour de l’Ouest, National de la route, Midi-Libre, le Catox à Marseilles, Genes-Nice, Tour de Tunisie. Pendant ses années “violines”, il se liera d’amitié avec Louison Bobet, qu’il servait avec dévouement dans les belles épreuves  nationales. Très imprégné par ses années Bobet qui lui avait fait gouter les joies du déplacement en avion (Louison avait un avion qu’il prenait de temps en temps pour aller de courses en courses) après sa carrière, Roger passait avec brio ses brevets de pilote et créait sa société d’ avion taxi, qui le mènera jusqu’à sa retraite définitive. Roger avait débuté en 1952 et raccroché fin 1959, il était né le 14 mai 1929 à Mont de Marsan où il est décédé ce 18 janvier 2022 pendant son sommeil. Il a réalisé sa carrière aux clubs de Mont de Marsan (1952 à 1957) et à l’U.C.Tarbaise (1958 à 1959) il a porté les couleurs de: Mercier B.P. 1954 à 1955, Alcyon 1956, Peugeot 1957. Tu vois Roger tout fout le camp hélas, sauf le souvenir heureusement, lui il reste.AnecdoteEn 1954 l’été est caniculaire, Roger va gagner tout seul , le très difficile circuit du Pesqué à Estang, comme prix en nature le vainqueur emportait un magnum de vieil armagnac. Arrivé à sa voiture (à l’époque c’était au cul de sa voiture que l’on se lavait) Roger s’aperçoit qu’il a oublié son eau de toilette pour se nettoyer le corps de la sueur d’après course. Sans aucune hésitation, il se rabattit sur le vieil armagnac en sa possession, pensant qu’il nettoierait aussi bien que son eau de cologne oubliée. Le temps de se rhabiller et il ressemblait  à une langouste bouillie, rouge de partout et surtout des brulures insupportables; il fallut trouver un docteur en urgence qui le fit transporter à l’hôpital où il fut soigné le reste de la journée. Voila l’histoire de la douche à l’armagnac de l’ami Roger, il jura un peu tard qu’on ne l’y prendrait plus, il tint parole vu que par la suite il préféra le déguster.

Gérard Descoubès

0 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

Toutes les news du mois

Commentaires récents

Faire une donation

Sud Gironde - CYCLISME a besoin de votre générosité. Pourquoi ?

Rejoignez-nous !


Informations