Guerino Pontoni “Pompon” est parti tout en discrétion

Disparition: Guérino Pontoni….

Guerino Pontoni “Pompon” est parti tout en discrétion.

Il était de la grosse époque du cyclisme Lot et Garonnais, avec les Prouzet, Sabbadini, Bianco, Pineau, Lesca etc.

Ses parents originaires d’Udine en Italie, étaient venus s’installer en France près d’Agen en 1925.

Coursier passe partout, petit gabarit très volontaire et accrocheur en diable, contrairement à beaucoup de ses complices de l’époque, il n’hésitait jamais à disputer des grandes courses. Ce garçon de caractère, préférait une belle place d’honneur dans une course de renom, à une victoire sans importance dans une coursette de village.

Passé pro un peu malgré lui, en 1949 chez Métropole, il va d’entrée s’imposer dans le circuit de la Bigorre (avec Aspin) à Tarbes et dans le Tour du Pays Basque à Hendaye où il mystifiait Demanes et R. Danguillaume. Sur la voie de son  éclosion en 1950, sélectionné pour disputer les six provinces et le Dauphiné il fut appelé sous les drapeaux. Alors qu’à cette période il se devait d’être dégagé des obligations militaires, si l’armée ne l’avait pas oublié pendant trois ans. Après une année complète sans vélo chez les  pros, début 1951 il participera néanmoins à la classique Paris-Limoges (31e), mais hors de forme et démoralisé, face à la déshérence d’une carrière dont le souffle s’éteignait, s’étant marié et ayant besoin de travailler, il ne reprenait pas de licence en 1952. Pour satisfaire ses démons du cyclisme qui l’envahissait un peu plus chaque jour, il signait une licence d’indé en 1953 tout en travaillant à la ferme familiale. Il pratiquera également chez les vétérans de 1966 à 1971. Il avait débuté en 1943 et raccroché en 1958 durant toute sa carrière il portera les couleurs du Guidon Agenais.

Né le 30 mai 1926 à Boé il est, décédé lé 29.09.2021 à St; Sixte.

Après le vélo, Guerino agriculteur dans l’âme prendra part à des concours de labour sur tracteur, à partir de1958 il sera embauché par une grosse firme comme démonstrateur sur machine agricole. L’ultime départ de Guerino, nous laisse à jamais le souvenir d’un homme, qui avait toujours navigué avec délicatesse, modestie et gentillesse dans sa vie. Adieu à toi,  joli surfeur de la vie.

Gérard Descoubès

0 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles récents

Toutes les news du mois

Commentaires récents

Faire une donation

Sud Gironde - CYCLISME a besoin de votre générosité. Pourquoi ?

Rejoignez-nous !


Informations